THÉÂTRE ARCHIVES

2017

La Fin de l’homme rouge

La Fin de l’homme rouge

 

Svetlana Alexievitch est une personnalité journalistique, mais également littéraire.

Ses deux essais, La Fin de l’homme rouge et Dix histoires au milieu de nulle part, qui traitent de l’effondrement de l’Union soviétique pour le premier, du quotidien de femmes et d’hommes dans la Russie et la Biélorussie d’aujourd’hui, procèdent à partir d’interviews recueillis tout au long de ces quinze dernières années.

 

Théâtre de l’Atalante
Juste la fin du monde

Juste la fin du monde

 

Après douze ans d’absence, Louis décide de retourner voir les siens pour leur annoncer sa mort prochaine.

Il retrouve sa mère, sa jeune sœur Suzanne qui avait à peine dix ans lorsqu’il est parti, son frère Antoine, légèrement plus jeune que lui, et Catherine, la femme de ce dernier, dont il fait la connaissance. On comprend que le père n’est plus.

 

Théâtre Montmartre Galabru
Modi

Modi

 

La pièce raconte les trois dernières années de la vie du peintre et de sa muse, de 1917 à 1920.

Mais que l’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit pas d’une tragédie !

Mieux, la pièce est très drôle et les rires – nombreux – des spectateurs, donnent raison au sous-titre de la pièce, publiée : La vie de Modigliani : Tragédie et Commedia dell’Arte.

 

Théâtre de l’Atelier
Fucking Happy End

Fucking Happy End

 

Cabaret insurgé, sous-titre du spectacle, raconte l’esprit délirant qui traverse cette adaptation teintée de psychanalyse des canevas racontées par Perrault.

Les contes de princes et de princesses, Perrault et ses histoires sont comme une vrille au cœur de l’éducation occidentale, une force invisible, inconsciente qui enveloppe la moitié des divertissements d’enfance. Voilà la matière dont Sarah Fuentes s’inspire pour l’adapter dans une veine totalement contemporaine...

 

Les Déchargeurs
Exercices de style

Exercices de style

 

« Exercices de style » est l’un des ouvrages les plus célèbres de Raymond Queneau, créateur de l’Oulipo.

Le principe : l’auteur se donne des contraintes, ici d’écrire 99 versions d’une même histoire. Histoire d’ailleurs sans importance, un banal fait divers tout à fait insignifiant, une querelle dans un autobus.

C’est un prodige d’inventivité, de drôlerie, un véritable plaisir pour qui aime la langue française.

 

Comédie de Paris

2016

Ma famille

Ma famille

 

Et si l’on vendait ses enfants au marché pour gagner un peu d’argent ? Et si l’on mettait ses parents dans un « dépôt de vieux » en échange de quelques pesos ?

Voilà comment fonctionne la famille imaginée par l’auteur uruguayen Carlos Liscano. Les quatre comédiens qui l’interprètent parviennent à nous emmener dans un univers aussi cruel que touchant dans lequel se côtoient la banalité des rapports familiaux et l’absurdité la plus totale.

 

Funambule Montmartre
Félicie

Félicie

 

Curieuse idée d’avoir exhumé cette œuvre de Marivaux que lui-même n’a jamais fait jouer.

Car voilà une pièce qui mêle un esprit conte avec des fées propre à enchanter un jeune public  et une atmosphère théâtre narrant l’éducation d’une jeune fille face aux tentations de l’amour, thème plus destiné aux adultes mais autant dire des plus démodés.

 

Petit Théâtre du Gymnase
À droite à gauche

À droite à gauche

 

À la lecture de l’argument, (comment peut-on être un acteur riche, célèbre et être de gauche ? Comment peut-on être ouvrier chauffagiste et voter à droite ?) on sait à quoi s’attendre.

Difficile quand on s’attaque à un thème politique d’éviter les poncifs, c’est un peu d’ailleurs ce que j’avais reproché à Politiquement correct vu récemment.

 

Théâtre des Variétés
La dame blanche

La dame blanche

 

On croyait le genre réservé au cinéma, Azzopardi et Danino ne reculant devant rien, les voilà qui se mettent en tête de nous prouver le contraire !

Et voilà sur scène des fantômes qui s’envolent sur nos têtes, des ours qui clignotent sans piles, des tiroirs qui s’ouvrent tout seuls et toute une cohorte de démons qui entourent le public pour son plus grand plaisir !

 

Théâtre de la Renaissance
Monkey Money

Monkey Money

 

Deux familles aux opposés extrêmes.

L’une fait partie des dix familles les plus riches du pays : le grand patron patriarche – vieillard tout puissant, un sourire bonasse qui cache un visage de calcul – sa fille, qui se prénomme K, rendue exsangue par cet univers patriarcal qui ne respecte que les mâles, et le futur gendre – jeune loup aux dents acérées ivre de réussite et prêt à  tout pour faire partie des puissants.

 

Théâtre de l’Atelier
Les Fourberies de Scapin

Les Fourberies de Scapin

 

C’est Rémi de Monvel qui assure la mise en scène. Il situe l’action en Italie dans les années 50, après tout Molière ne s’est-il pas inspiré de la Commedia dell’arte?

 Argante et Géronte ont des airs de mafioso, on entend d’ailleurs en introduction la musique du Parrain. Pas de décor mais une utilisation astucieuse de la structure du lieu, avec ses portes et ses escaliers.

 

Théâtre du Nord-ouest
Politiquement correct

Politiquement correct

 

Salomé Lelouch écrit et met en scène une comédie d’actualité.

Elle la situe en 2017, entre les deux tours des élections présidentielles, et rythme l’histoire de flash infos réalistes.

Télescopant univers politique et sentimental, elle nous fait suivre deux personnages qui vont tomber amoureux alors que leurs orientations politiques sont complètement à l’opposé, elle bobo de gauche, lui militant Front National.

 

Théâtre de la Pépinière
Bigre

Bigre

 

Imaginez trois chambres de bonne sous les toits, alignées le long d’un triste couloir qui débouche sur les toilettes communes.

Trois univers dont le décor très travaillé suffit à cerner ses occupants, des anti-héros aussi touchants que drôles dans leurs maladresses : le maniaque dans son univers immaculé très high tech, l’écolo hirsute et bordélique dans son capharnaüm qui déborde jusque sur le palier et la jolie voisine, fleur bleue entre ses murs roses.

 

Théâtre Tristan Bernard
Temps mort

Temps mort

 

Qu’arrive-t-il après la mort ?

C’est ce qu’imagine Alice de La Baume qui nous représente cet au-delà sous forme administrative, aussi tatillonne et absurde que dans la vie !

 

Les Enfants terribles
Théâtre des Lucioles – Avignon Off
Peggy Pickit voit la face de dieu

Peggy Pickit voit la face de dieu

 

Deux couples se retrouvent. L’un médecin humanitaire, revient d’Afrique après six ans d’absence, l’autre vit dans son petit confort, maison, voiture, enfant.

Après les effusions des retrouvailles, très vite le malaise s’installe, incompréhensions et rancœurs vont vite mener le bal dans ces deux mondes aux choix différents.

 

Manufacture des Abbesses
Pour 100 briques t’as plus rien

Pour 100 briques t’as plus rien

 

On rit énormément des aventures de ces deux pieds nickelés, d’une maladresse hilarante dans leur réalisation d’un braquage peu ordinaire.

Car c’est une succession de situations plus loufoques les unes que les autres avec une succession de personnages improbables qui servent à merveille des dialogues savoureux.

 

Théâtre Fontaine
Je descends souvent dans ton cœur

Je descends souvent dans ton cœur

 

Une histoire qui nous parle d’amour et de deuil. L’amour d’une fille pour sa mère emportée par un cancer.

Pas n’importe quelle mère. Une simple secrétaire mais aussi et surtout une Diva, une déesse, aux yeux de l’enfant puis de la jeune fille...

 

Ciné Théâtre XIII
L’Invité

L’Invité

 

C’est un boulevard sans femme, mari, amant ou maîtresse. Mais qui traite d’un sujet à priori pas drôle du tout, le chômage.

Et pourtant on rit beaucoup, car le sujet est traité à grands coups de répliques savoureuses, les situations vont de rebondissements en événements imprévus, et l’humour permanent habille de façon efficace la cruauté de l’histoire, celle d’un quinquagénaire prêt à tout et même à se renier pour décrocher enfin un emploi.

 

Théâtre Montparnasse
Piège pour un homme seul

Piège pour un homme seul

 

Robert Thomas l’auteur se fit connaître par cette pièce en 1960 qui lui apporta immédiatement le succès. Il commit ensuite Huit femmes et se spécialisa dans le boulevard-policier.

Et ce sont bien les ingrédients que l’on retrouve dans cette version proposée par Florence Fakhimi qui assure une mise en scène laissant la pièce comme on dit « dans son jus »...

 

Vingtième Théâtre
Dixversions

Dixversions

 

L’écriture est fine et touchante de vérité. La mise en scène est carrée, efficace.

C’est du bon théâtre contemporain, qui interroge, d’une troublante et complexe simplicité. Paradoxalement, définitivement, en faire moins suscite plus, beaucoup plus…

 

Théâtre de Ménilmontant
4.48 Psychose

Une mariée à Dijon

 

Voici un spectacle qui est d’une forme extraordinaire. Il s’agit en fait d’un souper-spectacle créé par la Revue Eclair.

Ici, pas de séparation entre le public et les interprètes. Pas ce côté clair/obscur. Sur scène, huit tables sont disposées en étoiles autour d’un petit podium rond. Les tables sont dressées : verres, couverts en métal lourds et anciens, assiettes disparates en porcelaine, carafes d’eau, bouteille de jus de fruits… de l’authentique…

 

Théâtre de l’Aquarium
Je vous écoute

Je vous écoute

 

Décor : le cabinet d’un psy, avec bureau, fauteuils et au fond un dressing qui, comme on le découvrira vite, ne servira pas qu’à ranger les vêtements.

Deux hommes : un psy et son client, un client pas du tout comme les autres.

Cette pièce écrite conjointement par Bénabar et Hector Cabello Reyes, permet aux auteurs une critique amusante quoique pas des plus originales, des psys en tous genres et aussi de leurs patients.

 

Théâtre Tristan Bernard
L’envers du décor

L’envers du décor

 

Florian Zeller, l’auteur, base le comique de sa pièce sur la différence entre ce que l’on dit et ce que l’on pense réellement.

Et tous les personnages feront ainsi, ce qui implique des ruptures incessantes, chacun attendant son tour de reprendre la parole pendant que l’un d’entre eux pense tout haut...

 

Théâtre de Paris
Les Frères Taloche dans Les Caves

Les Frères Taloche dans Les Caves

 

On connaît le frères Taloche pour leurs sketches, dont leur célèbre parodie de « J’ai encore rêvé d’elle ».

Les voilà maintenant dans une pièce de théâtre qu’ils ont écrite et qu’Alain Sachs met en scène avec son expérience et sa malice coutumières.

Les deux font merveille évidemment dans ces rôles de bras cassés qu’ils se sont écrits sur mesure.

 

Gaîté Montparnasse

2015

J’avais un beau ballon rouge

Théâtre sans spectateurs

 

Ce qui est bien avec ce thème archi utilisé de la « pièce dans la pièce jouée par de mauvais comédiens », c’est que ça fonctionne toujours pourvu que ce soit bien réalisé.

Ce qui est le cas ici et on rit énormément avec une troupe bien déjantée qui visiblement s’amuse beaucoup.

Soit donc une troupe de mauvais comédiens aux parcours hétéroclites qui doit jouer une version très contemporaine de « Phèdre ».

 

Théâtre du Proscenium
Ne m’oublie pas

Ne m’oublie pas

 

« Ne m’oublie pas » c’est une comédie qui parle de la maladie d’Alzheimer.

Oui vous avez bien lu, il s’agit d’une comédie.

Car Bruno Fougniès nous conte d’une plume sensible teintée d’humour l’histoire d’Armando atteint de cette terrible maladie...

 

 

Théâtre Ménilmontant
Le Noshow

Le Noshow

 

Comment parler d’un spectacle dont il ne faut rien dévoiler, une sorte OTNI (Objet Théâtral Non Identifié), qui ne ressemble à rien de ce que l’on a déjà vu. Est-ce vraiment un spectacle d’ailleurs ?

Il ne raconte pas d’histoires, ne met pas en scène des personnages, vous n’êtes pas sagement confiné à votre place de spectateur.

Et pourtant si. Mais non. Bref on ne sait pas trop.

 

Théâtre Paris Villette
La 432 – Les Chiche Capon

La 432 – Les Chiche Capon

 

Les revoilà, ces fous géniaux, ces clowns complètement barrés qui ont le don du « chaos » !

Le thème : L’Écho du Big Bang étant un La 432, fréquence qui sert de base d’accord à tous les musiciens, on peut donc dire que l’univers s’est formé en musique.

Partant de là, ils vont nous emmener dans leur monde des plus farfelus, un concentré de grand n’importe quoi où ils osent tout, même maltraiter leur public !

 

Apollo Théâtre
Intrigue et Amour

Intrigue et Amour

 

Chronique de Frédéric Manzini

 

Chronique de Gérard Noël

 

Théâtre 71 – Malakoff
Occident

Occident

 

Occident est un texte écrit avec colère et impétuosité contre la montée du front national en France.

Au travers d’un couple en constante déchirure, Rémi De Vos analyse de quelle manière les idées nationalistes, identitaires et racistes font leurs nids au cœur même des cellules familiales.

 

Théâtre de l’Épée de Bois
Les mémoires d’un fou

Les mémoires d’un fou

 

Gustave Flaubert écrit ce texte à 17 ans, en 1838. Il ne sera pas publié de son vivant.

C’est surprenant d’écrire ses mémoires si jeune. Car il s’agit bien ici, pour une énorme part, de souvenirs autobiographiques mêlées à de dissertations sur le monde, l’art, la vie, l’amour.

 

Théâtre de Poche Montparnasse
Danser à la Lughnasa

Danser à la Lughnasa

 

Un homme se penche sur son passé.

Il revit un certain été 1936, dans la maison familiale où vivent ensemble sa mère et ses quatre tantes ainsi que son oncle Jack un missionnaire revenu d’Afrique atteint de paludisme et de pertes de mémoire..

 

Théâtre de l'Atelier
Moins 2

Moins 2

 

Samuel Benchetrit a une écriture fine et sensible, il sait manier les mots et trouver les répliques qui feront mouche.

Il en fait ici encore une fois la démonstration, avec un thème intéressant, qui lui permet de parler avec humour et une belle distance de la mort et de la paternité.

 

Théâtre Hébertot
Un certain Charles Spencer Chaplin

Un certain Charles Spencer Chaplin

 

Charlot.

Si le petit homme à moustache est connu dans le monde entier, en revanche on connaît moins son créateur Charlie Chaplin, qui il était vraiment, ce que fut sa vie.

Daniel Colas a eu l’heureuse idée de nous raconter l’homme derrière l’image et c’est à la fois une révélation et une réussite.

 

Théâtre Montparnasse
Ciel mon placard

Ciel mon placard

 

« Ciel ! Mon placard » ne se raconte pas. 

Comment parler en effet de ce tourbillon extravagant de situations invraisemblables, de personnages improbables, ce vaudeville transformé en théâtre de l’absurde puissance mille et qui pulvérise les codes du genre dans une joyeuse et foutraque inspiration ?

 

Théâtre du Rond-Point
Adolf Cohen

Adolf Cohen

 

C’est une histoire exceptionnelle que nous raconte ce spectacle. Tellement exceptionnelle qu’elle paraît presque du domaine du conte. Et pourtant, c’est bien dans notre réalité que s’inscrit le destin profondément tragique et profondément absurde d’Adolf Cohen.

 

 

Comédie Bastille
Frangins

Frangins

 

Comme le titre l’indique, c’est l’histoire de trois frères. Trois frères séparés par l’existence depuis vingt-sept années qui se retrouvent ce soir-là dans la maison familiale au chevet de la mère, mourante.

Ils ont eu trois destins disparates aux réussites inégales.

Durant ces retrouvailles, les souvenirs, les nostalgies, les anciennes chamailleries, les inéluctables désaccords et les nostalgies d’amour vont resurgir.

 

Au Lucernaire
Affabulazione

Affabulazione

 

« Prenons les deux cas les plus ordinaires : c’est-à-dire celui où le père ignore, et celui où le père hait son fils » (Affabulazione, 8e épisode).

On est plus habitués à considérer le père du point de vue du fils. Moins à voir le fils du point de vue du père. Un père vieillissant et malade. Un fils terriblement jeune c’est-à-dire blond, vigoureux et insouciant, viril...

 

Théâtre de la Colline
Risk

Risk

 

Entre enfance et âge adulte se trouve un espace incertain, lieu de tous les possibles, de tous les désirs et de toutes les révoltes, qu’on nomme adolescence.

C’est de cette période que traite Risk, sujet maintes fois abordé mais ce qui subjugue ici c’est le traitement choisi par Eva Vallejo et sa compagnie...

 

Théâtre Paris Villette
Noces de sang

Noces de sang

 

Dès la première scène, l’émotion est là, qui ne nous quittera plus.

Car Rubia Matignon a  centré sa mise en scène sur une vision âpre et sombre de l’Espagne. Et elle nous raconte cette Espagne-là, terre brûlée, sèche et aride où les sentiments s’étouffent pour mieux ressurgir dans une sorte de ballet d’une lenteur tragique,  avec une grande économie de moyens à la mesure de la rudesse de ce monde paysan des années 1930.

 

Théâtre de Ménilmontant
Tous les m’aîmes !

Tous les m’aîmes !

 

« On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans
Et qu’on a des tilleuls verts sur la promenade. »
Rimbaud

Ceux-là ont un peu plus de dix-sept, mais ils ont encore de l’amour, ce goût pour les élans éphémères, intenses et immédiats. Cela se passe maintenant, aujourd’hui : L’amour dans tous ses états au XXIième siècle.

 

Théâtre des Béliers Parisiens
Anna Christie

Anna Christie

 

Un port. Un port parmi d’autres ports noyés dans la brume, où « y a des marins qui boivent et qui boivent et reboivent et qui reboivent encore. »

Jean-Louis Martinelli exhume cette œuvre des années 1920 signée Eugène O’Neill, auteur aux écrits sombres d’une tonalité dans l’ensemble désespérée.

Il a choisi une mise en scène au scalpel, dont la superbe scénographie de Gilles Taschet renforce la froideur.

 

Théâtre de l'Atelier
La dernière nuit de Molière

La dernière nuit de Molière

 

 Gilbert Ponté nous offre là un spectacle qui risque d’en dérouter certains qui s’attendraient à une reconstitution historique.

Car voilà.

Par delà la réalité de l’Histoire, il veut nous faire toucher du doigt l’intemporalité de Molière qui presque quatre cents ans après sa mort est plus vivant que jamais

 

Théâtre 12
À vol d'oiseau ça fait combien ?

À vol d'oiseau ça fait combien ?

 

Le couple comme sujet de pièce de théâtre, voilà qui n’est pas nouveau.

Marc Bassler, auteur et interprète, en donne cependant une version originale avec cet « À vol d’ oiseau ça fait combien ? » mettant aux prises une sorte d’ermite misogyne et goujat et une jeune femme moderne et sûre d’elle qui, étant tombée en panne,  trouve refuge chez lui.

 

Théâtre du Petit Hébertot

2014

Misterioso – 119

Misterioso – 119

 

Un des plus beaux, un des plus poignants spectacles que j’ai vu de ma vie.

Toute la force, l’intrépidité, la magnificence du théâtre est là. Il y a dans ce spectacle, éclatante, cette chair dont est fait le théâtre, ce qui fait qu’il est un art à part, capable de combiner tous les arts pour faire exploser sur scène le seul sujet qui l’intéresse : l’humain.

 

Théâtre de la Tempête

 

Article de Bruno Fougniès

 

Article de Gérard Noël

Bash

Bash

 

« Bash » , c’est  trois monologues reliés par un socle commun : la lâcheté humaine, le désarroi, le chaos du monde actuel racontés et vécus par monsieur et madame Tout l’monde.

 

 

Théâtre 14

 

Critique de Patrick Rouet

 

Critique de Patricia Lacan Martin

2013

2012

Volpone

Théâtre du Ranelagh

L’avare

Théâtre Michel

2011

Tout est normal mon cœur scintille

Tout est Normal mon Cœur Scintille » nous fait passer un pur moment de drôlerie, de poésie, de vérité

2010

Stand Up

Cruellement drôle