C’EST POUR TOI QUE JE FAIS ÇA

 

Circa, Auch
26 octobre à 20h30 et 27 octobre à 16h30

Un spectacle vu le 8 octobre à Culture Commune, Lens.

 

C’est pour toi que je fais ça loupePhoto © Christophe Raynaud de Lage 

 

En 1997, Guy Alloucherie prend en charge le spectacle de fin d’études de la 9ème promotion du CNAC – Centre national des arts du cirque de Châlons-en-Champagne. En travaillant avec les élèves de l’époque, il crée un spectacle qui bouleverse les codes circassiens du moment. Pourtant, le nouveau cirque existe déjà avec entre autre le cirque Plume et Archaos  qui investissent les chapiteaux avec de vrais spectacles poétiques ou en rupture totale avec le cirque traditionnel. Mais Cest pour toi que je fais ça déferle dans le monde du cirque en mêlant différentes disciplines pour exprimer un discours contemporain fort, incisif, jeune. Le spectacle fut joué plus de 100 fois dans les années qui suivirent.

Voilà donc un spectacle référence dans sa forme, dans son fond, où les circassiens ne se cantonnent pas à l’exploit gymnique mais endossent des personnages et emploient le jeu, la parole, le chant, la danse et la musique pour nous plonger dans l’histoire. Sur la piste, un bar et des tabourets, un espace salon, un comptoir et aussi une bascule, une corde raide, un trapèze, un décor comme un monde démantibulé, en ruine, un espace incertain où déferle les 14 interprètes de cette re-création. Et cela commence comme une récréation avec l’énergie des chants, des pirouettes, des voltiges. Et cela continue vers des envols plus tragiques, des volées de mots qui, sous forme de scènes à deux ou trois ou de monologues zèbrent l’univers festifs de cris de solitudes, d’appel au bonheur, de cicatrices.

Des clameurs nécessaires de la jeunesse de la fin du siècle dernier, ses manques, ses doutes, ses revendications, que reste-t-il aujourd’hui ? La surprise vient du fait que la génération 2021 du CNAC s’empare du jeu, des textes et de la vision de la génération 1997 comme on se glisse dans un costume taillé sur mesure comme si rien n’avait changé au fond, dans les désirs de la jeunesse, en vingt-cinq ans. Ce qui reste également, c’est cette soif d’expression dont ces circassiens font preuve. Une énergie sans borne qui les fait passer en un souffle d’une scène intense à une voltige aérienne qui frôle la toile du chapiteau.

En apparence protéiforme, le spectacle suit véritablement une série de thématiques fortes et cohérentes avec des passages qui ressemblent parfois à des happenings : les liens sociaux, les exclusions, les doutes et les sentiments de solitude comme les désirs d’exister aux yeux des autres traversent les canevas des différents épisodes racontés. Des interrogations qu’on peut penser typique d’une jeunesse au bord d’un précipice mais qui restent au fond celles de tout à chacun, quelle que soit sa place dans le curseur des vies.

Bruno Fougniès

 

Spectacle de fin d’études de la 9ème promotion du CNAC – Centre national des arts du cirque créé en 1997 puis repris et adapté par les étudiantes et les étudiants de la 34ème promotion du CNAC.

 

Reprise de répertoire

Cie HENDRICK VAN DER ZEE - GUY ALLOUCHERIE

 

Metteur en scène : Guy Alloucherie

Interprètes: Les 14 étudiantes et étudiants de la 34e promotion du CNAC

Noa Aubry, Alice Binando, Tomas Denis, Jef Everaert,Yannis Gilbert, Julien Ladenburger, Marisol Lucht, Elena Mengon, Niels Mertens, Carolina Moreira Dos Santos, Matiss Nourly, Pauline Olivier de Sardan, Thales Peetermans, Tiemen Praats.

 

Assistante et dramaturge : Martine Cendre

Création musicale (1997) : Riké

Chorégraphe : Marie Letellier

Scénographe (1997) : José Froment

Création lumières (1997) : Stéphane Auber assisté de Charlotte Beaufort

Crédit photo : ©Christophe Raynaud de Lage

Enseignante référente CNAC : Marie Seclet

Régie générale : Jean Louis Vandervliet

Régie technique : Grégoire Bersot

Régie Agrès : Guillaume Bes

         

 

Mis en ligne le 12 octobre 2021


Merci de cliquer sur J’aime

DERNIERS ARTICLES